Drive app installs through App Indexing

Friday, April 24, 2015 | 11:38 AM

Reposted from the Webmaster Center blog. To be cross posted on the Africa blog.

You’ve invested time and effort into making your app an awesome experience, and we want to help people find the great content you’ve created. App Indexing has already been helping people engage with your Android app after they’ve installed it — we now have 30 billion links within apps indexed.

Starting this week, people searching on Google can also discover your app if they haven’t installed it yet. If you’ve implemented App Indexing, when indexed content from your app is relevant to a search done on Google on Android devices, people may start to see app install buttons for your app in search results. Tapping these buttons will take them to the Google Play store where they can install your app, then continue straight on to the right content within it.



With the addition of these install links, we are starting to use App Indexing as a ranking signal for all users on Android, regardless of whether they have your app installed or not. We hope that Search will now help you acquire new users, as well as re-engage your existing ones.

To get started, visit g.co/AppIndexing and to learn more about the other ways you can integrate with Google Search, visit g.co/DeveloperSearch.

Posted by Lawrence Chang, Product Manager

====


Optimisez l'installation de vos applications avec App Indexing

Vous avez investi du temps et de l'énergie pour que votre appli offre une expérience formidable, et nous voulons permettre aux internautes de trouver cet excellent contenu que vous avez créé. App Indexing sert déjà aux utilisateurs ayant installé votre appli Android (nous comptons actuellement 30 milliards de liens indexés dans des applications).

Dès cette semaine, les personnes qui n'ont pas encore installé votre appli pourront la découvrir via le moteur de recherche Google. Si vous avez choisi App Indexing et que le contenu indexé de votre appli est pertinent, des boutons d'installation s'afficheront dans les résultats de recherche des internautes qui utilisent Google Search depuis un appareil Android. En cliquant sur ces boutons, ils seront redirigés vers Google Play Store où ils pourront installer votre appli et accéder directement au contenu recherché.

Avec l'ajout de ces liens d'installation, App Indexing fonctionnera comme un facteur de positionnement pour tous les utilisateurs d'Android, qu'ils aient ou non installé votre appli. Nous espérons que notre moteur de recherche vous amènera de nouveaux utilisateurs tout en fidélisant vos utilisateurs actuels.

Pour commencer, allez sur g.co/AppIndexing et si vous recherchez d'autres moyens d'apparaître sur Google Search, allez sur g.co/DeveloperSearch.

Publié par Lawrence Chang, Responsable produit

Walk in the footsteps of South Africa’s freedom fighters

Wednesday, April 22, 2015 | 1:41 PM

On April 27th 1994, Nelson Mandela became President of South Africa in the country’s first democratic, post-Apartheid election. Known now as “Freedom Day,” that date has become a symbol of hope in South Africa and around the world. To commemorate this historic day, we’ve partnered with the Robben Island Museum and the Nelson Mandela Centre of Memory to bring the story of this UNESCO World Heritage Site online for the world to explore. The Maps gallery and Cultural Institute online tour allow people everywhere to see the island where Nelson Mandela and many of South Africa’s freedom fighters were imprisoned during their quest for equality.

As a symbol of South Africa’s struggle for freedom, Robben Island has become a destination for people to connect with Mandela and other freedom fighters. Standing in Mandela’s 8 x 7 foot prison cell, it's hard to believe someone could spend 18 years here. Exploring the historical artifacts on the tour, you can also see photographs of his cell during the time of his imprisonment. You can imagine Mandela sitting at the cramped desk, surrounded by books and papers, working towards a future of freedom for all.



Robben Island was also where activist Robert Sobukwe was imprisoned, kept in solitary confinement for more than three years after taking a stand against the Pass Law, which required black citizens to carry an internal passport and severely limited their mobility. Exploring Sobukwe’s home on Robben Island, you can learn more about the man who didn’t let prison halt his attempts to make equality a reality. You can even view the pages of his notebook, which is still kept on his desk today.


In the new online exhibitions on the Cultural Institute platform, you can also listen to prisoners’ personal anecdotes about life at this infamous prison, including memories of where they were forced to work as well as how they studied and came together to create a unified vision for freedom in South Africa. You can see some personal items donated by former political prisoners, including a football trophy from the their FIFA-recognized league, hand-drawn table tennis awards, a treasured trumpet, and a duplicate master key fashioned by a prisoner from lead.


Once a symbol of the oppressive Apartheid regime, Robben Island is now a memorial and a reminder of the human spirit’s irrepressible search for freedom. We hope you’ll take a moment to step back in time to explore and be inspired by the island’s story of hope and humanity.

Posted by Luke McKend, Country Director for Google South Africa


 ====


Marchez dans le sillage des combattants de la liberté d'Afrique du Sud

Le 27 avril 1994, Nelson Mandela est élu président d'Afrique du Sud lors des premières élections démocratiques du pays depuis la fin de l'apartheid. Connue sous le nom de “Jour de la liberté,” cette date est devenue un symbole d'espoir en Afrique du Sud et à travers le monde. Pour la célébration de ce jour historique, nous avons mis en place des partenariats avec le Musée de Robben Island et le Nelson Mandela Centre of Memory afin de mettre en ligne l'histoire de ce lieu classé au patrimoine mondial de l'UNESCO et la rendre accessible au monde entier. Google Maps Gallery et la visite guidée en ligne de l'Institut culturel de Google permettent au monde entier de découvrir l'île où Nelson Mandela et de nombreux combattants de la liberté d'Afrique du Sud ont été emprisonnés pendant leur combat pour l'égalité.

En tant que symbole de la lutte pour la liberté en Afrique du Sud, Robben Island est aujourd'hui un lieu de mémoire pour ceux qui souhaitent marcher dans les pas de Mandela et d'autres combattants de la liberté. Lorsque l'on se trouve à l'intérieur de la cellule de Mandela, il est difficile d'imaginer qu'une personne ait pu passer 18 ans dans cette pièce d'environ 3m2. Parmi les objets historiques présentés lors de la visite, se trouvent des photos de sa cellule prises pendant son incarcération. On peut imaginer Mandela assis à son bureau étroit, entouré de livres et de papiers, œuvrant pour un avenir où tous les hommes seraient libres.

L'activiste Robert Sobukwe a aussi été incarcéré sur Robben Island, où il a été placé à l'isolement pendant plus de trois ans après avoir pris position contre les Pass Laws, qui imposaient un passeport intérieur aux citoyens noirs et restreignaient sévèrement leur mobilité. La visite de sa maison sur Robben Island permet de mieux connaître cet homme qui, malgré la prison, a continué à œuvrer pour faire de l'égalité une réalité. Son carnet de notes est toujours visible sur son bureau.

La nouvelle exposition en ligne sur la plateforme de l'Institut culturel permet d'entendre des anecdotes des prisonniers sur leur quotidien dans cette prison tristement célèbre, incluant des souvenirs du lieu où ils étaient forcés de travailler mais aussi sur la façon dont ils ont étudié et élaboré ensemble une vision unifiée de la liberté en Afrique du Sud. Des objets personnels offerts par d'anciens prisonniers politiques y sont également exposés, notamment un trophée de football gagné lors d'un championnat reconnu par la FIFA, des récompenses de tennis de table dessinées à la main, une précieuse trompette, et le double d'un passe-partout en plomb fabriqué par un prisonnier.

Autrefois symbole du régime oppressif d'apartheid, Robben Island est aujourd'hui un mémorial rappelant la quête irrépressible de liberté pour l'esprit humain. Nous espérons que vous prendrez le temps de revenir quelques instants dans le passé pour découvrir et vous laisser inspirer par le message d'espoir et d'humanité de l'histoire de cette île.

Publié par Luke McKend, Directeur Pays pour Google Afrique du Sud

Elections in Nigeria - Technology as a tool for Democracy

Tuesday, April 7, 2015 | 10:40 AM

The Internet has come to play an important role in elections worldwide, including in Africa. From making it easier for voters to find information, to enabling exchanges of views, to increasing voters’ engagement with decision makers and vice-versa, the web has in many ways changed how African voters approach the polls. And this was evident in last week’s Presidential elections in Nigeria.

As the country prepares for the governorship polls holding on April 11, voters continue to search for information on candidates, parties and polling units. To help voters find the information they’re looking for, in January we launched the Nigeria Elections Hub, and we continue to update it with news, Google+ Hangouts, and videos.



We’ve also been working with a number of local organisations on initiatives aimed at encouraging Nigerian voters to take part in the process and enabling them to make informed democratic decisions. These include:
  • Pledge To Vote; a social, online-based platform that encourages Nigerians to take part in the electoral process.
  • Upgrading the mobile-based elections monitoring app ReVoDa, which allows voters to report events from polling units across Nigeria, making elections social. We hope that this tool will also be used for other countries.
  • Training over 150 editors and news journalists from Nigerian media organizations on the use of digital tools for reporting elections.
As the electoral process in Nigeria culminates with the governorship elections on the 11th of April, we hope that both government and citizens continue to make the best possible use of Internet technologies to sustain and enhance democracy in Nigeria.

Posted by Titi Akinsanmi, Policy & Government Relations & Remi Dada, Product Marketing Manager, Nigeria.


====


Élections au Nigéria - La technologie au service de la démocratie

Dans le monde entier, notamment en Afrique, Internet joue désormais un rôle majeur. Faciliter l’accès des électeurs à l’information, permettre les échanges de points de vue ou encore favoriser l’engagement des décideurs vis-à-vis des électeurs et vice-versa, le web a profondément modifié la vision que les électeurs africains avaient des élections. Cette réalité est apparue clairement à l’occasion des élections présidentielles qui se sont déroulées la semaine dernière au Nigeria.

À l’heure où le pays se prépare à élire les gouverneurs le 11 avril, les électeurs continuent de rechercher des informations sur les candidats, les partis et les bureaux de vote. Afin d’aider les électeurs à trouver les informations qu’ils recherchent, nous avons lancé au mois de janvier la plateforme Nigeria Elections Hub, que nous continuons d’actualiser par l’ajout d’actualités, de Google+ Hangouts, et de vidéos...

Nous avons également travaillé avec plusieurs organisations locales sur des initiatives destinées à encourager les électeurs nigérians à participer à ce processus et à leur permettre de prendre des décisions informées, dans un esprit démocratique. Parmi ces initiatives on citera :
  • Pledge To Vote ; une plateforme sociale en ligne visant à encourager les Nigérians à participer au processus électoral
  • L’amélioration de l’application de surveillance des élections basée sur mobile ReVoDa, qui permet aux électeurs de signaler ce qui se passe dans les bureaux de vote sur l’ensemble du territoire et ainsi de rapprocher les élections des citoyens. Nous espérons que cet outil sera également utilisé dans d’autres pays.
  • La formation de plus de 150 rédacteurs en chef et journalistes travaillant pour les médias nigérians à l’utilisation des outils numériques pour rendre compte des élections.
  • Favoriser le débat démocratique sur les citoyens, le gouvernement et la technologie et les débats électoraux.
  • Le soutien permanent à la NetRight’s coalition dont l’objectif est de promouvoir les droits et les libertés numériques. 
Alors que le 11 avril, le processus électoral va arriver à son terme avec l’élection des gouverneurs, nous espérons que le gouvernement et les citoyens vont continuer à faire bon usage des technologies Internet afin de promouvoir et de renforcer la démocratie au Nigeria.

Posté par Titi Akinsanmi, Policy & Government Relations et Remi Dada, Product Marketing Manager, Nigeria.

Protecting people across the web with Google Safe Browsing

Friday, March 13, 2015 | 12:02 PM

Cross-posted from the Official Google Blog

Editor’s note: Online security is on everybody's minds these days, so we want to give you updates about various ways Google keeps you safe online. Today, on the web’s birthday, we’re highlighting recent improvements to Safe Browsing, technology that protects more than 1.1 billion people all over the world.

As the web continues to evolve, it’s important that user protections develop in lockstep so that people stay safe online. Our Safe Browsing technology may not be quite as old as the web—which celebrates its 26th birthday today—but ever since Safe Browsing launched nearly eight years ago, it’s continually adapted to protect web users, everywhere.


Safe Browsing gives users—both on Google and across on the web—information they need to steer clear of danger. The dangerous sites detected by Safe Browsing generally fall into two categories: sites that attack users intentionally with either malware, phishing, or unwanted software that is deceptive or hard to uninstall, or sites that attack users unintentionally because they have been compromised, often without the site’s owner realizing this has happened.

Once we detect these sites, Safe Browsing warns people about them in a variety of ways. You’ve probably come across a warning like this in Chrome, Firefox or Safari; it’s powered by Safe Browsing:


Today, Safe Browsing shows people more than 5 million warnings per day for all sorts of malicious sites and unwanted software, and discovers more than 50,000 malware sites and more than 90,000 phishing sites every month. If you’re interested, you can see information about the dangerous sites that are detected by this technology anytime in our Safe Browsing Transparency Report.

We also use Safe Browsing technology to warn website owners or operators about issues with their sites so they can quickly fix them. We provide basic site maintenance tips, as well as specific Safe Browsing notifications in Webmaster Tools and Google Analytics. Often site owners don’t realize there are issues with their sites until they get these notifications.

Recent developments
Since its earliest days, Safe Browsing has been widely available, and free—for users, site owners, and other companies—to use and integrate into their own products. In the early days, we focused on detecting dangerous sites and then showing people warnings:

An early Safe Browsing notification, c. 2007. These would appear in the top right corner of people’s web browsers when they visited a site that had been flagged by Safe Browsing as potentially dangerous.

But, just as attacks become more sophisticated, we’ve made sure our own technologies have kept up. Over the years, we’ve built Safe Browsing into other Google products to help protect people in more places:
  • Safe Browsing API: We already make Safe Browsing data available for free to developers. This week we’re adding information about sites that host unwanted software, allowing developers to better protect their users as well.
  • Chrome: Before people visit a site delivering unwanted software, or try to download some of it, we’ll show them a clear warning.
  • Google Analytics: We recently integrated Safe Browsing notifications into Google Analytics, so site owners can quickly take action to protect their users if there are issues with their websites. Previously, we’d only provided these warnings via our Webmaster Tools service.
  • Ads: We’ve also recently begun to identify ads that target people with unwanted software.
As the web grows up, Safe Browsing technology will, too. We’re looking forward to protecting the web, and its users, for many birthdays to come.


====


Google Safe Browsing: nous protégeons les internautes avec la navigation sécurisée

Note du rédacteur : La sécurité en ligne est une préoccupation générale à l’heure actuelle, c’est pourquoi nous souhaitons vous tenir informés des divers moyens mis en œuvre par Google pour protéger les internautes. Aujourd’hui, à la date anniversaire de la naissance d’Internet, nous mettons en lumière les récentes améliorations apportées à la technologie Navigation sécurisée qui protège plus de 1,1 milliard de personnes à travers le monde.

Le Web est un univers en constante évolution : il est donc important que les moyens de protection des internautes s’améliorent en parallèle afin de préserver la sécurité des utilisateurs. Notre technologie Navigation sécurisée n’a peut-être pas autant d’histoire derrière elle qu’Internet (qui fête aujourd’hui son 26e anniversaire), mais depuis son lancement il y a près de huit ans, nous n’avons eu de cesse de l’adapter pour protéger les internautes, partout dans le monde.

La fonction Navigation sécurisée vise à protéger les internautes (lorsqu’ils naviguent sur Google ou sur tout autre site Web) en leur apportant les informations dont ils ont besoin pour surfer sans risque. Les sites suspects détectés par cette technologie se divisent généralement en deux catégories : d’une part, les sites qui attaquent délibérément les utilisateurs en faisant appel à des logiciels malveillants, au phishing ou à des logiciels indésirables qui trompent les internautes ou sont difficiles à désinstaller et, d’autre part, les sites qui attaquent les utilisateurs de manière non intentionnelle après avoir été compromis, le plus souvent sans que leur propriétaire ne s’en soit rendu compte.

Une fois ces sites détectés, la fonction Navigation sécurisée avertit les internautes par divers moyens. Vous avez déjà probablement vu s’afficher un avertissement comme celui-ci dans Chrome, Firefox ou Safari ; il émane de notre technologie :
Aujourd’hui, la fonction Navigation sécurisée affiche plus de cinq millions d’avertissements par jour lorsque les internautes tentent d’accéder à toutes sortes de sites suspects et de logiciels indésirables, détectant par ailleurs plus de 50 000 sites malveillants et de 90 000 sites de phishing par mois. Pour en savoir plus à tout moment sur les sites considérés comme dangereux par cette technologie, consultez notre rapport Transparence des informations consacré à la navigation sécurisée.

Nous exploitons également la technologie Navigation sécurisée pour prévenir les propriétaires ou opérateurs en cas de problème détecté sur leurs sites, afin qu’ils puissent y remédier rapidement. Nous proposons des conseils élémentaires sur la maintenance des sites, ainsi que l’envoi de notifications spécifiques en matière de navigation sécurisée par le biais des Outils Google pour les webmasters et de Google Analytics. Souvent, les propriétaires ne s’aperçoivent pas que leur site a été piraté jusqu’à ce qu’ils reçoivent ce type de notification.

Évolutions récentes
Dès les premiers jours, la technologie Navigation sécurisée a été largement diffusée, et ce, gratuitement, auprès des internautes, propriétaires de sites Web et autres entreprises, afin qu’ils puissent l’intégrer à leurs propres produits. Au départ, nous nous sommes focalisés sur la détection des sites à risque, puis sur l’affichage d’avertissements auprès des internautes :

Par la suite, tout comme nos ennemis ont mis au point des attaques de plus en plus sophistiquées, nous avons nous aussi affûté nos armes technologiques pour combattre les pirates. Au fil des années, nous avons intégré la fonction Navigation sécurisée à divers produits Google afin d’innover et de diversifier les moyens de protection des internautes. Voici quelques exemples des nouveautés mises en œuvre :
  • API Navigation sécurisée : les données en matière de navigation sécurisée sont gratuitement mises à la disposition des développeurs et, cette semaine, nous leur fournissons également des informations sur les sites contenant des logiciels indésirables, afin qu’ils soient directement en mesure de mieux protéger leurs utilisateurs.
  • Chrome : lorsqu’un internaute tente d’accéder à un site contenant des logiciels indésirables ou de télécharger l’un de ces logiciels, nous affichons un avertissement clair.
  • Google Analytics : nous avons récemment intégré les notifications en matière de navigation sécurisée dans Google Analytics, afin que les propriétaires de sites Web puissent prendre rapidement les mesures de protection qui s’imposent en cas de piratage. Auparavant, ces avertissements bénéficiaient uniquement aux abonnés du service Outils Google pour les webmasters.
  • Publicités : nous avons aussi commencé récemment à identifier les publicités infectées par des logiciels indésirables.
La technologie Navigation sécurisée continuera de s’étoffer à mesure que le Web évolue. Nous sommes prêts à protéger Internet et ses utilisateurs pendant encore de nombreuses années.

Posté par Panayiotis Mavrommatis de l’équipe Google Safe Browsing

More business listings for Google Maps

Friday, March 6, 2015 | 3:13 PM

Google Maps continues to help you explore the world. Whether you're in an unfamiliar town or uncovering new local favorites, Google Maps helps you find top places to eat, shop, play and more.

It’s with this in mind that we’ve been working to make information on Google Maps about businesses in Africa more comprehensive and accurate. We’ve done a project which we called ‘Footprint’ - an effort to verify and improve existing business information, correct inaccurate listings, and create listings for new businesses.

Over the last two years we’ve added >200,000 business listings to Google Maps in Lagos (Nigeria) & Nairobi, Mombasa, Malindi, Kisumu and Eldoret (Kenya). The business listings can now be found on Google Maps, Search and Google+. This should mean that you can more easily find businesses you’re looking for, and that businesses find it easier to have a presence on the web.

We work with local partners in each country to assemble a team that walks along public streets and other publicly accessible areas such as shopping malls. These walkers each carry a phone, which they use to collect information about businesses. The walkers approach the business owner or manager and ask their permission to collect the relevant information.

The information we collect includes name, address, phone number and working hours of a business, as well as its precise location. Also, we take photos of the storefront and the inside of the business. This information is then updated on Google Maps within a few days.

Fashion designer stores in Lagos Island

The Footprint project is currently rolling out in South Africa. Our local partner, Direct Channel Holdings, will collect the business information. It’ll be happening in Johannesburg from March to July 2015 and in Cape Town and Bloemfontein in April and May 2015.

If you’re a business owner, please note that the contracted personnel will carry Google verified documentation authorizing them to carry out this activity. You may be able to go a step further and claim your listing through our Google My Business portal. Through Google My Business, you can:
  • Update your business information
  • Add beautiful photos of your business and a virtual tour of your business interior to help customers see what makes your business unique
  • Connect directly with your fans and customers by sharing news, events and other important updates from your Google+ page
  • Stay on top of reviews from across the web, and respond to Google reviews
  • Understand how people find and interact with your business using custom insights 
  • Manage your information on-the-go with the Google My Business Android app and the iOS app


Posted by Jacqueline Rajuai, Program Manager


 ====


Plus de données sur les entreprises dans Google Maps

Google Maps continue de vous aider à explorer le monde. Vous êtes dans une ville inconnue ou vous avez envie de découvrir les derniers lieux tendance ? Google Maps vous aide à trouver les meilleurs endroits pour manger, faire du shopping, vous divertir et bien plus encore.

C'est dans cet esprit que nous travaillons actuellement à enrichir et mettre à jour sur Google Maps les informations disponibles sur les entreprises et les commerces en Afrique. Nous avons lancé une initiative baptisée "Footprint" dans le but de vérifier et d'améliorer les informations disponibles sur les entreprises, et de corriger les fiches d’entreprise erronées et d'en ajouter de nouvelles.

Au cours des deux dernières années, nous avons ajouté plus de 200.000 fiches d'entreprise sur Google Maps à Lagos (Nigeria) & Nairobi, Mombasa, Malindi, Kisumu et Eldoret (Kenya). Ces fiches sont désormais disponibles sur Google Maps, Search et Google+. Ainsi, vous pourrez trouver plus facilement les entreprises et commerces qui vous intéressent, lesquels pourront être plus facilement présents sur Internet.

Avec l'aide de partenaires locaux dans chaque pays, nous constituons des équipes chargées de sillonner les rues de la ville et autres espaces publics accessibles tels que les centres commerciaux. Equipées d'un téléphone, elles collectent des informations sur les entreprises, prennent contact avec les entrepreneurs et les gérants et leur demandent l'autorisation de collecter des informations pertinentes sur leur entreprise : nom, adresse, numéro de téléphone, heures d'ouverture, emplacement exact, etc. Elles sont aussi chargées de prendre photos des devantures et des espaces intérieurs. Toutes ces informations sont alors ajoutées à Google Maps dans les jours qui suivent.

Cette initiative est actuellement lancée en Afrique du Sud. Notre partenaire local, Direct Channel Holdings, se chargera de la collecte des informations. L'opération se déroulera à Johannesbourg de mars à juillet 2015 et au Cap et à Bloemfontein d'avril à mai 2015.

Si vous êtes entrepreneur, sachez que le personnel engagé pour mener cette opération pourra vous présenter un document accréditant sa participation à l'initiative. Vous pouvez même aller plus loin et demander à accéder à la fiche de votre entreprise sur le portail Google My Business. Depuis le portail Google My Business, vous pourrez :
  • Mettre à jour les données relatives à votre entreprise
  • Ajouter des photos de votre entreprise et une vidéo de visite virtuelle de vos locaux pour mettre en valeur votre entreprise.
  • Vous mettre en relation directe avec vos fans et vos clients en partageant des infos d'actualités, des événements et les nouveautés de votre page Google+
  • Rester à la une des commentaires sur Internet et répondre aux commentaires Google
  • Comprendre comment les utilisateurs font pour trouver votre entreprise et entrer en contact avec elle, grâce à la fonction Insights.. 
  • Gérer vos données où que vous soyez sur l'appli Android Google My Business Android et l'appli iOS. 
Publié par Jacqueline Rajuai, Program Manager

Google Science Fair 2015: what will you try?

Friday, February 20, 2015 | 11:59 AM

The 2015 Google Science Fair has now started! To learn more about entry details, prizes follow along on Google+.

Science is about observing and experimenting. It’s about exploring unanswered questions, solving problems through curiosity, learning as you go and always trying again.

That’s the spirit behind the fifth annual Google Science Fair, kicking off today. Together with LEGO Education, National Geographic, Scientific American and Virgin Galactic, we’re calling on all young researchers, explorers, builders, technologists and inventors to try something ambitious. Something imaginative, or maybe even unimaginable. Something that might just change the world around us. 




From now through May 18, students around the world ages 13-18 can submit projects online across all scientific fields, from biology to computer science to anthropology and everything in between. Prizes include $100,000 in scholarships and classroom grants from Scientific American and Google, a National Geographic Expedition to the Galapagos, an opportunity to visit LEGO designers at their Denmark headquarters, and the chance to tour Virgin Galactic’s new spaceship at their Mojave Air and Spaceport. This year we’re also introducing an award to recognize an Inspiring Educator, as well as a Community Impact Award honoring a project that addresses an environmental or health challenge.

It’s only through trying something that we can get somewhere. Flashlights required batteries, then Ann Makosinski tried the heat of her hand. His grandfather would wander out of bed at night, until Kenneth Shinozuka tried a wearable sensor. The power supply was constantly unstable in her Indian village, so Harine Ravichandran tried to build a different kind of regulator. Previous Science Fair winners have blown us away with their ideas. Now it’s your turn.

Big ideas that have the potential to make a big impact often start from something small. Something that makes you curious. Something you love, you’re good at, and want to try.

So...what will you try?

Posted by Miriam Schneider, Google for Education Team

 ====


Google Science Fair 2015 - À vous de jouer !

La science repose sur l’observation et l’expérimentation. Faire avancer la science, c’est explorer des questions jusqu’ici sans réponses, apprendre sur le tas et mettre à profit notre curiosité pour tenter de résoudre des problèmes.

C’est dans cet état d’esprit que nous lançons aujourd’hui la cinquième édition annuelle du concours Google Science Fair. En partenariat avec LEGO Education, National Geographic, Scientific American et Virgin Galactic, nous mettons au défi de jeunes chercheurs, explorateurs, bâtisseurs, technophiles et inventeurs en tout genre pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes et nous proposent un projet ambitieux, innovant, ou tout bonnement inimaginable. Un projet qui pourrait bien changer notre monde.

À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 18 mai, des étudiants du monde entier âgés de 13 à 18 ans vont pouvoir soumettre leurs projets en ligne dans des domaines scientifiques variés tels que la biologie, l’informatique ou encore l’anthropologie. Parmi les prix qui viendront récompenser les lauréats, Scientific American et Google décerneront 100 000 USD en bourses d’études et en subventions pour les classes, National Geographic proposera une expédition aux Îles Galápagos, l’équipe de conception LEGO organisera une rencontre au siège du Danemark et Virgin Galactic offrira une visite guidée de leur nouvel astronef au port spatial de Mojave, en Californie. Cette année, un nouveau prix viendra distinguer un éducateur qui a su susciter l’inspiration chez ses élèves. Nouveau également, le prix Community Impact récompensera un projet axé sur un enjeu environnemental ou sanitaire.

C’est en expérimentant que l’on fait avancer les choses. Les réveils sont pour beaucoup d’entre nous difficiles, Guillaume Rolland, finaliste français du Google Science Fair 2014, a imaginé un reveil olfactif pour rendre ce moment plus agréable. Les lampes de poche ne fonctionnaient qu’avec des piles, jusqu’à ce qu’Ann Makosinski ait l’idée d’exploiter la chaleur de sa main. Atteint de la maladie d’Alzheimer, le grand-père de Kenneth Shinozuka faisait parfois des fugues en pleine nuit, jusqu’à ce que son petit-fils crée un capteur portable capable d’alerter sa famille. Harine Ravichandran, elle, a conçu une nouvelle génération de régulateurs pour mettre fin aux pannes électriques dans son village d’Inde. La créativité des anciens lauréats de Google Science Fair a dépassé tout ce que nous avions pu imaginer. Aujourd’hui, à vous de prendre le relais.

Bien souvent, les idées les plus prometteuses naissent d’un petit quelque chose qui a éveillé votre curiosité. Une passion, un talent, une envie.

Alors… À vous de jouer !

Posté par Miriam Schneider, Google for Education Team

Celebrating Safer Internet Day across the continent

Monday, February 16, 2015 | 8:32 PM

At Google, the safety of our users is a top priority. Whether it’s creating easy-to-use tools to help you manage your information online or fighting the bad guys behind the scenes, we’re constantly investing to make Google the best service you can rely on, with security and privacy features that work for you. This is why Safer Internet Day is important to us.

Since 2004, Safer Internet Day (SID) has highlighted key challenges facing online safety and how they can be addressed.

This year we did something different. Google Africa marked SID with more than 600 kids ages 14 to 17 in day-long workshops in South Africa, Kenya, Nigeria, and Senegal. In these workshops kids discussed and formulated their own ideas on how to make the internet a safer space.


Live Google Hangout between Nigeria, South Africa and Senegal

We also reached out to young Internet users to share how to be safe on the Internet. To do this we partnered with more than 20 key organisations across the continent such as: The Film and Publications board in South Africa lead the workshops for the day. Nigerian Film and Video Censors board in Nigeria, Ministry of ICT in Kenya and Ministry of Post and Telecommunications in Senegal. At the end of the day all the children presented to each other via Google Hangouts.

Share your ideas on how the internet can be safer using #SID2015 and follow the conversation.

Posted by Fortune Mgwili-Sibanda, Public Policy and Government Relations Manager, South Africa.



 ====


Le Safer Internet Day célébré sur tout le continent

Chez Google, la sécurité de nos utilisateurs est la première des priorités. Que ce soit en créant des outils faciles à utiliser pour vous aider à gérer vos informations en ligne ou à traquer les « mauvais garçons » qui œuvrent en coulisses, nous sommes en permanence sur la ligne de front pour que Google vous offre le meilleur service, sur lequel vous pouvez vous reposer, avec des options de sécurité et de confidentialité qui vous protègent. C'est pourquoi le Safer Internet Day (SID - Journée de d'lnternet sûr) revêt pour nous une importance particulière.

Depuis 2004, le SID a mis en lumière les principaux défis concernant la sécurité en ligne et les moyens d'y faire face.

Cette année, nous avons opté pour une autre démarche. Google Africa a choisi de marquer cette journée en réunissant plus de 600 jeunes de 14 à 17 ans dans des ateliers d'une journée qui se sont déroulés en Afrique du Sud, au Kenya, au Nigeria et au Sénégal. Dans ces ateliers, les jeunes ont discuté et formulé leurs idées sur les moyens de rendre Internet plus sûr.

Nous avons également ciblé les jeunes internautes pour qu'ils apprennent à naviguer en toute sécurité sur Internet. Pour ce faire, nous avons établi un partenariat avec plus de 20 organismes clés à travers le continent, tels que : le conseil d'administration Film et Publication en Afrique du Sud pour diriger les ateliers de la journée ; le Comité nigérian de la censure des films et de la vidéo au Nigeria ; le ministère de nouvelles technologies au Kenya ; le ministère des postes et télécommunications au Sénégal. À la fin de la journée, les jeunes ont fait connaissance via Google Hangouts.

Partagez vos idées sur les moyens de rendre Internet encore plus sûr via #SID2015 et suivez la conversation.

Publié par Fortune Mgwili-Sibanda, responsable Stratégie et Relations gouvernementales, Google Afrique du Sud.